Matinée de méditation – dimanche 30 juin

Le Centre zen bouddhiste de Hal organise régulièrement des matinées de méditation animées par Konrad Kosan Maquestieau, maître zen.

Le bouddhisme zen place la méditation assise au centre. C’est cette méditation assise qui permet à chacun de retrouver sa nature originelle. C’est le cœur du zen, portant une grande attention à la posture, à la respiration et à l’apparition des pensées. Continuer la lecture de Matinée de méditation – dimanche 30 juin

Retraite dans un monastère zen

Annemie Genshin du shodo dojo a fait l’ango du premier moine du monastère zen Kosan Rymonji. Qu’est-ce qu’une retraite du premier moine ?
Comment vivez-vous une telle retraite ? Pourquoi faites-vous une chose pareille ? Qu’en reste-t-il ? Toutes les questions qui obtiennent une réponse en écoutant ce podcast.

Le podacst est bilingue FR et NL.

Pourquoi nous nous inclinons ?

L’une des premières choses qui frappe un nouveau venu dans notre centre, ce sont les nombreuses fois où nous nous inclinons – un geste que nous appelons gassho : la paumes des mains jointe ou non, nous nous penchons vers l’avant avec tout le haut du corps. Beaucoup considèrent ce geste comme bizarre et ne faisant pas partie de notre culture.
Continuer la lecture de Pourquoi nous nous inclinons ?

C’est avec tout le corps que nous pratiquons

Au sujet de la place centrale du corps dans notre pratique.

Ce texte est basé sur deux enseignements oraux (appelés “kusen”) qui ont été donnés dans le dojo de Halle les 12 et 19 mai 2018. Le texte a été légèrement adapté.

Écoutez aussi la traduction en français du kusen du mardi 15 mai dans son intégralité sur Soundcloud, concernant le même thème : https://soundcloud.com/konradmaquestieau/cest-avec-tout-le-corps-quon-medite

Continuer la lecture de C’est avec tout le corps que nous pratiquons

À propos de la sagesse – partie 1

La sagesse est une pratique

La sagesse est une pratique. Nous ne nous en rendons pas toujours compte. La sagesse n’a rien à voir, pas en premier lieu en tout cas, avec notre capacité de raisonnement. Beaucoup de gens font souvent cette erreur : « Oui, c’est pour les intellectuels, c’est quelque chose pour les gens qui lisent, rien pour moi… » Pas du tout ! Nous pouvons développer la sagesse à tous les niveaux de la vie. Des actions quotidiennes les plus simples : nettoyer le dojo, l’autel, faire la vaisselle ; aux tâches les plus « élevées » comme l’étude des sutras. Mais en fait, il n’y a pas de différence entre ces tâches ! Nous avons toujours cette tendance à faire une différence. J’invite donc ceux qui ne s’intéressent qu’aux questions pratiques à étudier les sutras et vice versa, ceux qui s’intéressent principalement aux sutras et aux écrits, à venir nettoyer le dojo !

Continuer la lecture de À propos de la sagesse – partie 1